Partager

Test HAL Vallorem 2021

  • [halshs-02099278] LES SOURCES D'INEFFICACITÉ DES MÉCANISMES DE GOUVERNANCE D'ENTREPRISE
    23 juillet 2021
    Les derniers scandales révélés en pleine crise des subprimes montrent que ces mécanismes de gouvernance ne fonctionnent que de façon imparfaite. En effet, on constate que la plupart des entreprises ne font pas de la gouvernance un enjeu majeur. Elles sont plutôt dans une démarche de respect formel de dispositions réglementaires ou professionnelles plutôt que dans celle d’une adhésion réelle aux principes de gouvernance. Dans ce contexte, cet article a pour principal objectif d’identifier les mécanismes de gouvernance applicables aux sociétés par action et d’expliquer leurs sources d’inefficacité en France. Outre les causes culturelles, organisationnelles et environnementales, les auteurs avancent comme explication principale que les dirigeants considèrent que les mécanismes de gouvernance concernent plus la non-destruction qu’une véritable création de valeur.
  • [halshs-02099258] L’incidence du choix du fait générateur sur la pertinence et la fiabilité des comptes publics : le cas de la Sécurité sociale
    20 juillet 2021
    Cet article a pour objet d’étudier l’impact du choix du fait générateur sur la pertinence de l’information financière, plus particulièrement celle relative aux comptes combinés des organismes de Sécurité sociale. Une analyse théorique et pragmatique des faits générateurs s’est traduite par l’émergence de notions de fait générateur primaire et fait générateur secondaire dont le choix ne déroge pas aux principes des droits constatés. À l’appui de simulations numériques réalisées sur 3 ans, de 2003 à 2005, sur les comptes combinés des caisses nationales et du régime général, les auteurs démontrent que l’application du fait générateur secondaire d’une part, élimine certains travaux d’inventaire, essentiellement fondés sur des estimations et d’autre part, assure une fiabilité et une pertinence entières des données comptables.
  • [hal-02894515] The diffusion of corporate social responsibility within an organizational field: An analysis through the complementary lenses of neo-institutional theory and actor-network theory
    16 juin 2021
    How does the implication of actors act as a condition of success in the diffusion of corporate social responsibility (CSR) within an organizational field? To answer this question, this research looks at the microfoundations of the diffusion of a socially responsible practice. This approach enables us to adopt a perspective that is focused on individuals and to explain the integration of CSR practices at the organizational level. We mobilize neo-institutional theory (NIT) and actor-network theory (ANT) in our approach to the diffusion process of this innovative practice. Firstly, we identify three distinct stages in institutional practice: the pre-institutionalization stage, the theorization stage and the re-institutionalization stage. Secondly, we reveal the four stages of the diffusion of a CSR practice as identified by ANT: the designation of an actor initiating the change, the identification of allies for the deployment of innovation, the analysis of the diffusion process within the network and the conditions of diffusion. Finally, we produce six research propositions based on the results of our study, which advocates for multi-leveled analysis to understand how CSR practices are developed within organizations.
  • [hal-01143584] Le rôle de l’usager-client dans la construction de la décision publique. Le cas des services de transport des communautés urbaines
    15 juin 2021
    Les travaux portant sur la décision accompagnent l'évolution des Sciences de Gestion depuis leurs débuts. La prise de décision, élément fondamental visible de l'activité d'un manager, est un processus cognitif complexe visant à sélectionner une ou des actions parmi un certain nombre d'alternatives. Elle a notamment été étudiée sous l'angle comportemental à travers l'impact de la personnalité du dirigeant, de la perception, de la dynamique des groupes (Lewin, 1997), du leadership (Kets de Vries, 1991), ou de l'émotivité (Janis, 1977). D'autres auteurs ont développé des travaux sur la décision en abordant des aspects psychosociaux en mettant la décision en relation avec le changement (Schein, 1985), le conflit et le pouvoir (Cyert, March, 1963), ou la négociation (Mintzberg, 1984). Il convient de différencier la prise de décision de l'information recueillie auprès du citoyen; la décision finale intervient après un processus qui peut concerner outre celui qui est chargé de la rendre, des acteurs différents
  • [halshs-00952573] Le territoire, facteur de contingence des politiques RSE, DD et GRH des entreprises ?
    15 juin 2021
    Cette recherche s'intéresse à l'émergence d'une double problématique en sciences de gestion : celle de la gouvernance partenariale (parties prenantes) et celle du territoire (management territorialisé). Ces deux concepts ont en commun le caractère volontaire de la démarche et la nécessité de rendre des comptes aux parties prenantes. Dès lors, ce travail tentera de comprendre en quoi le territoire peut être un facteur de contingence des politiques RSE/DD et RH des entreprises. Les auteurs mobilisent le cadre théorique de la gouvernance partenariale (Freeman, 1984) qui permet d'appréhender le territoire sous un double point de vue : 1) en tant que partie prenante de l'entreprise dans le cadre de ses politiques RSE/DD, 2) en tant que facteur de contingence de ses politiques RH (GRH territorialisée). Du point de vue méthodologique, une recherche comparative interrégionale est conduite à partir d'études de cas de PME et d'ETI du secteur industriel.
  • [hal-02429187] L'APPROPRIATION DE LA RSE PAR LES DIRIGEANTS DE PME. LE RÉSEAU COMME VECTEUR DE L'APPRENTISSAGE MANAGÉRIAL
    18 mai 2021
    Cet article vise à s’interroger sur la manière dont les dirigeants de PME peuvent s’approprier le concept de RSE et décident de l’opérationnaliser grâce au réseau d’entreprises. Dans une première partie, les auteurs reviennent sur la théorie des parties prenantes, vue comme un moyen d’expliquer la posture du dirigeant face aux enjeux de la responsabilité sociale de l’entreprise. Si cette théorie permet de décrire les parties prenantes et leurs attentes, elle ne permet pas vraiment d’expliquer pourquoi et comment le dirigeant s’implique. Parmi les nombreux déterminants possibles de l’action responsable, les auteurs décrivent dans une deuxième partie le rôle que peut jouer le réseau dans l’apprentissage managérial. La troisième partie permet d’illustrer cette réflexion en restituant l’exemple d’un groupement de PME d’Indre et Loire qui exerce une influence prépondérante dans la mise en place de pratiques socialement responsables chez ses adhérents. L’apprentissage réticulaire est présenté dans cet article comme le vecteur principal de l’action managériale dans le domaine de la RSE.
  • [hal-03216957] Pour quel impact œuvrent les revues académiques ?
    5 mai 2021
    En tant que parties prenantes aux communs de la connaissance, les revues académiques mettent en place des règles de production du savoir qui vont délimiter l’usage des connaissances, et donc leur impact. L’objectif de cet article 1 est triple : explorer la vision qu’ont les revues de l’usage des connaissances qu’elles contribuent à produire, mettre en évidence les tensions éventuelles qu’elles rencontrent pour donner corps à cette vision de l’impact, et décrire les réponses apportées pour y remédier. Après avoir présenté les résultats d’une étude exploratoire exhaustive auprès des rédacteurs en chef de 15 revues francophones de la catégorie gestion du classement Fnege, les auteurs reviennent sur les apports théoriques et managériaux et proposent des pistes de recherche.
  • [hal-02171447] Comment renforcer les compétences improvisationnelles des équipes projet ? Le rôle de la mémoire et de la culture d’expérimentation
    30 mars 2021
    Cette étude s’intéresse à la capacité à improviser dans une situation, ici définie comme une démarche d’exploration, destinée à faire face à un rapprochement dans le temps entre la conception et la réalisation d’une action. Plus précisément, elle investigue le rôle de la qualité du travail en équipe, qui comprend notamment l’existence de moyens et de méthodes, sur le développement et le renforcement de la capacité à improviser. Cette relation est étudiée de façon quantitative, auprès de 85 équipes d’étudiants chargées de projets tutorés. Les auteurs élaborent un modèle causal qui teste le rôle modérateur de la « qualité du travail collectif » sur le lien entre la capacité à improviser et la performance, et le rôle joué par deux variables de management : la « mémoire collective » et la « culture d’expérimentation ». Au final, les auteurs montrent que la qualité du travail collectif, et plus particulièrement lorsqu’elle est renforcée par une mémoire organisationnelle et par une culture d’expérimentation améliore l’influence de la capacité à improviser sur la performance de l’équipe projet. Ces résultats peuvent être riches d’enseignement pour le pilotage des équipes projets que ce soit au niveau de l’environnement de travail, mais aussi au niveau des règles de fonctionnement de travail en équipe.
  • [halshs-01288144] La comptabilité de gestion dans les villes : la nécessaire déconstruction d'un idéal-type
    27 octobre 2020
    Issu d’une démarche de recherche essentiellement inductive, cet article met en évidence, en croisant la revue de la littérature et l’expérience personnelle des auteurs, l’existence implicite d’un idéal-type pour la mise en place de comptabilités de gestion. L’inadaptation de cet idéal-type aux contraintes spécifiques des villes, permet de comprendre les difficultés rencontrées dans l’implantation des comptabilités analytiques et propose un certain nombre de solutions alternatives.
  • [halshs-02190563] Crowdfunding : quand les fans rétribuent les créateurs du web
    27 octobre 2020
    Parmi les modalités de financement participatif, le « modèle du pourboire », incarné par des plateformes comme Patreon ou Tipeee, n'a fait l'objet que de très peu de recherches. Les plateformes fondées sur ce modèle permettent aux communautés réunies autour de créateurs de contenus en ligne (YouTubeurs, blogueurs, musiciens, auteurs de bande dessinée…) de leur offrir un « pourboire » pour les aider à financer des productions auxquelles elles ont traditionnellement accès gratuitement. C'est ainsi un revenu ou complément de revenu qui peut être empoché par les créateurs du web. Dans une démarche exploratoire, notre recherche a pour ambition de souligner les particularités et enjeux du « modèle du pourboire » pour ses parties prenantes.
  • [hal-02550129] Image d'une Destination Touristique (IDT) vs Image de marque (Brand image) d'une destination touristique : deux concepts complémentaires, mais distincts
    21 octobre 2020
    La différenciation est un levier important pour les organisations touristiques et les territoires dans un contexte de plus en plus concurrentiel entre les destinations touristiques. L’image est une notion centrale dans la littérature en marketing du tourisme, qui a été souvent étudiée comme un élément de différenciation. Toutefois, une revue de littérature sur cette notion, met en évidence des difficultés à la préciser. Cet article, essentiellement conceptuel, a pour but de comprendre et de clarifier la notion d’image appliquée aux destinations touristiques. Deux concepts clés sont identifiés dans la littérature, notamment : l’Image d’une Destination touristique (IDT) et l’image de marque « brand image ». Un travail approfondi sur les différents auteurs ayant mobilisé ces concepts, permet de mettre à jour des divergences et des convergences, tout en soulignant la complémentarité de l’IDT et de l’image de marque « brand image » dans la mise en place d’une stratégie de développement/ promotion touristique d’un territoire mis en tourisme.
  • [hal-02075104] Les experts en question(s) : représentations et pratiques de la fonction ressources humaines
    14 octobre 2020
    La guerre des talents que se livrent les organisations nécessite que les chercheurs puissent apporter leur contribution sur les moyens à mettre en œuvre pour attirer et fidéliser les experts en interne. Cette question revêt des enjeux organisationnels certes, mais également territoriaux et nationaux. Les auteurs rappellent dans leur état de l’art, ce que recouvre la notion d’expert, ce que sont ses compétences et la valeur qu’il représente pour l’organisation. Parallèlement, une étude basée sur 30 entretiens menés auprès de DRH sur les pratiques dédiées aux experts et leur perception de leurs attentes spécifiques apportent des résultats intéressants. Les auteurs dégagent les 4 qualités intrinsèques centrales d’un expert : des ressources rares difficiles à remplacer, des connaissances spécifiques, des expériences significatives et une reconnaissance interne et externe. Ils repèrent également 4 éléments contributifs de l’expert à son organisation : une veille permanente, une capacité d’innovation et de production du savoir, une capacité à transférer les connaissances et une contribution importante à la qualité des décisions à prendre. Concernant les pratiques de GRH dédiées, 5 groupes de capacités organisationnelles ont été considérées comme essentielles. Il s’agit notamment de la capacité à créer des experts, à les reconnaitre, à partager la valeur qu’ils créent, mais également la capacité à renforcer l’image positive de leur métier et leurs valeurs, ainsi qu’à éviter leur épuisement. Ce qui nécessite la mobilisation d’acteurs clés. Enfin, les auteurs synthétisent ces pratiques dédiées autour d’une triple dynamique : la création continue de savoirs, le partage du pouvoir et le plaisir dans les projets.
  • [hal-02169803] Conditions d’acceptabilité d’une technologie de domotique dans les contextes professionnels de service
    14 mai 2020
    La recherche, relatée dans cet article, tente de comprendre comment se construit l’acceptabilité des TIC dans les contextes professionnels de service. Dans cet objectif, les auteurs se basent sur les données issues d’une enquête d’acceptabilité conduite sous la forme d’entretiens semi-directifs auprès de 83 professionnels exerçant dans des organisations de service au sujet d’une technologie de domotique. La recherche met en évidence trois dimensions que peut revêtir l’acceptabilité d’une technologie : acceptabilité fonctionnelle, acceptabilité financière et acceptabilité socio-éthique. Elle montre, par ailleurs, l’influence de facteurs intrinsèques individuels et organisationnels sur le raisonnement qui sous-tend l’acceptabilité des technologies.
  • [hal-02474027] Le crowdfunding au secours des auteurs de BD : Motivations et difficultés du recours au modèle du pourboire
    19 février 2020
    Through crowdfunding platforms based on the subscription-based model, content creators solicit the crowd of internet users to support them with their projects over a long period. Our research is based on a qualitative methodology founded on the monitoring and analysis of the fundraising conducted by comics authors on the Tipeee and Patreon platforms. It provides a better understanding of the mechanism and issues of the subscription-based model. This includes positioning this crowdfunding model amongst other forms of donation-based models. We also highlight the reasons for this choice and the difficulties encountered by those who choose this source of funding.
  • [hal-01528128] La coordination spatiale des Parcs industriels fournisseurs
    19 février 2020
    L’'article a pour objectif d’ouvrir le débat sur les modes de coordination d’une forme organisationnelle fondée sur la proximité immédiate : les Parcs industriels fournisseurs (PIF). Apparus à la fin des années 1990 dans le secteur automobile, les PIF se caractérisent par la réunion sur un même site industriel de fournisseurs qui sont installés à proximité immédiate d’un donneur d’ordres, firme pivot. Les auteurs montrent au travers de cet article que la coordination des PIF est complexe et repose sur des modes de coordination particuliers. Il importe en effet de préciser les enjeux des colocalisations de firmes ainsi que les risques qui leur sont associés, le système de coordination retenu devant concilier ces différents aspects, spécifiques à la proximité.
  • [hal-01712706] « Plateformes de crowdfunding et acteurs de l’écosystème entrepreneurial : Quelle(s) coopération(s),quels business models ? »
    11 juillet 2018
    Notre étude porte sur les stratégies de coopération entre les réseaux d’acteurs de l’accompagnement à la création d’entreprise et les plateformes de crowdfunding. À l’appui du concept de business model mis en perspective par la théorie des plateformes bifaces, les auteurs interrogent la proposition de valeur apportée par la plateforme et par les structures d’accompagnement. Les résultats mettent en évidence des stratégies de coopération guidées par la volonté de chaque partenaire d’enrichir leur business model en bénéficiant d’effets de réseaux accrus.
  • [hal-01712712] La foule : un nouvel acteur dans l’accompagnement à la création d’entreprises
    11 juillet 2018
    Cet article a comme objet d’étude l’écosystème d’affaires construit par les acteurs de l’accompagnement à la création d’entreprises en Touraine, en examinant l’arrivée d’un nouvel entrant, les plateformes de financement participatif, et par leur intermédiaire celle de la foule des internautes. Les auteurs interrogent plus particulièrement la place et le rôle que les plateformes peuvent occuper dans cet écosystème et les formes de coopération qu’elles peuvent nouer avec les acteurs en place. Leurs résultats mettent en évidence que l’arrivée du crowdfunding modifie l’écosystème de l’accompagnement et influence le modèle économique tant des plateformes que des acteurs de l’accompagnement.